Famille

L’efficacité du test adn police

Chaque individu a une particularité qui le distingue des autres : son ADN, sauf pour les jumeaux fécondés par un seul spermatozoïde dans le même sac. C’est pourquoi lorsqu’un acte criminel, comme le vol, le cambriolage ou un homicide, la police judiciaire se fie au travail effectué par la police scientifique, pour finaliser les investigations criminelles. Quelles sont les procédures ? Et quels sont les avantages de ce test ?

Quand faire un test adn ?

Les experts de la police peuvent décider à attribuer une mission technique au laboratoire de la police. Cela est fréquent quand il s’agit d’une infraction de lieu ou d’un meurtre. Involontairement, les malfaiteurs laissent des traces d’ADN sur les scènes de crime : traces de sang, un cheveu, traces papillaires ou de la salive. Les lieux de meurtre sont alors restreints, afin que les services scientifiques puissent faire les constatations et les prélèvements. Un test ADN police permet de reconnaître des points importants :

  • Identifier la victime 
  • Son heure de décès, si c’est le cas
  • Identifier les auteurs

Les étapes à suivre pour réaliser un test adn police

Ce test fait partie intégrante des investigations menées par la police. Voici comment elle procède.

Les prélèvements

Les experts de la police nationale arrivent, d’abord, sur les lieux de meurtre ou les lieux de crimes, déjà fermés au grand public. Ils font le relevé de traces, avec finesse et agilité, pour ne pas endommager les fragments d’ADN. Ceux-ci seront isolés dans des éprouvettes, qui faciliteront les analyses scientifiques. Ils étudient toutes les traces et indices sur la scène de crime. Les traces relevées sont soumises au laboratoire.

Pour les cas d’assassinat, une autopsie sur la victime est indispensable. Des prélèvements buccaux et sanguins se font, si possibles. Pour savoir plus sur le test adn police.

Les analyses scientifiques

Pour que le médecin légiste puisse donner un diagnostic et un résultat fiable par les traces relevées, les relevés scientifiques sont soumis à une amplification par PCR. Cela constitue une technique durant laquelle les amorces sélectionnent des molécules de l’ADN recueillies, pour ensuite les associer à des nucléotides. Ainsi une nouvelle chaîne d’ADN se forme, permettant de trouver la paternité ou le lien de parenté du sujet.

On peut alors comparer les empreintes et avoir des profils génétiques. Par cette identification génétique, les officiers de police judiciaire peuvent procéder à une arrestation du suspect.

Les procédures

Les investigations criminelles se poursuivent sous la direction du Ministère de l’Intérieur. Les autorités spécialisées dans ce domaine font part de toutes les actualités de leurs enquêtes criminelles à la centrale de police. Pendant ce temps, les scientifiques travaillent sur les empreintes retrouvées sur le lieu de crime. Le relevé d’empreinte digitale permet de savoir si le suspect figure déjà dans les fichiers de police.

Après la réalisation d’un portrait-robot de l’auteur, avec des bases techniques et scientifiques, les auteurs d’infractions seront placés en garde-à-vue. Un emprisonnement peut être déclaré par la cour de justice.

La fiabilité du test adn police

Du moment que la restriction de la scène de crime a été faite, il n’y a pas de risque à ce que l’analyse balistique soit faussée. Au fait les résidus détiennent les marqueurs génétiques : digitales ou papillaires des personnes condamnées. Les départements scientifiques ont de vrais experts pour ne pas procéder à une condamnation de personne innocente.

Les affaires criminelles sont plus aisées à classer par le procédé scientifique effectué par l’institut de police. Les indices matériels et biologiques sont considérés. Le laboratoire de recherche veille à ce que les opérations scientifiques soient menées à bien. Pour un test de paternité ou un test adn police, un refus de se soumettre est encore toléré.

Intégrer la police scientifique

Si vous souhaitez devenir agent de police, il faut passer le concours. Il est accessible de participer à un concours interne ou un concours externe. Cela veut dire que si vous voulez être de la police scientifique en étant déjà policier judiciaire, c’est tout à fait faisable. Toutefois, vous devez être connaisseur de la chimie et de différentes analyses scientifiques.

Ainsi, un cursus universitaire orienté vers le domaine scientifique est indispensable pour prétendre au poste d’agent de la police scientifique. Par ailleurs, il est également nécessaire d’avoir un sang froid et du courage pour affronter une scène de crime où des prélèvements sont généralement nécessaires. Dans d’autres circonstances, le test adn police est demandé sur le corps d’un défunt en décomposition suite à un meurtre. Ce processus permet entre autres de connaître les réelles circonstances de la mort de l’individu. Dans ce cas, l’agent de la police scientifique responsable de la prise d’échantillon doit maîtriser les différentes réactions de mise en évidence des substances habituellement connues comme cause de décès d’une personne en cas d’intoxication ou d’empoisonnement. De toute évidence, il doit être capable de distinguer un cas de maladie d’un simple accident afin de décider des procédures à suivre pour la bonne marche et la réussite de sa mission.

2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *